Procès Lamine Diack, une journée cruciale pour Lamine Diack L’IAAF demandera une indemnisation d’environ 41,2 millions d’euros aux prévenus dans le cadre de leurs condamnations.

La sonnerie a retenti à 14h50 précise annonçant la reprise de l’audience ce jeudi 18 juin  Aussitôt la présidente du tribunal Rose-Marie Hunault annonça la couleur: «  la parole est à la défense »

0
165

Procès Lamine Diack, une journée cruciale pour Lamine Diack L’IAAF demandera une indemnisation d’environ 41,2 millions d’euros aux prévenus dans le cadre de leurs condamnations.

La  partie civile considère avoir subi de nombreux préjudices. Si elle refuse de communiquer avec les médias, l’IAAF a accepté de répondre à nos questions par e-mail:

« En tant que partie civile, l’IAAF (désormais World Athletics) est considérée comme une victime des délits cités dans l’acte d’accusation et, à ce titre, est en droit de demander réparation. Nous pouvons confirmer que World Athletics demandera une indemnisation d’environ 41,2 millions d’euros aux prévenus dans le cadre de leur condamnation. Cette somme tient compte des facteurs suivants :

1.           L’atteinte à la réputation de l’organisation

2.           La perte de fonds qui auraient dû, à l’époque, être versés à l’IAAF

3.           La perte de revenus prévus provenant de partenaires commerciaux »

 

World Athletics attend avec impatience la résolution de cette affaire et la possibilité de demander le versement de dommages et intérêts pour les préjudices subis par l’organisation pendant cette période.

Journée cruciale pour la défense….

La sonnerie a retenti à 14h50 précise annonçant la reprise de l’audience ce jeudi 18 juin  Aussitôt la présidente du tribunal Rose-Marie Hunault annonça la couleur: «  la parole est à la défense »

Aussitôt dit, M. Simon Ndiaye, avocat de Lamine Diack s’est relevé :«  Madame, Monsieur …j’ai un avis à vous faire ». M. Simon Ndiaye dans une longue plaidoirie qui a duré , revient sur son engagement pour défendre son client depuis le début. « Un combat perdu d’avance » dit-il. Il reviendra sur la longue carrière de Lamine Diack, sur sa personnalité, « un homme de principe »… « Votre tribunal va faire fi aux apparences, on a parlé du nom Diack, de la famille Diack qui sera associé partout à la corruption. »

Après plusieurs jours de débat, le doute c’est le procureur qui en a parlé, il est permis. Si on n’avait pas parlé d’extorsion de fonds, d’allégation de financement de campagne au Sénégal, Lamine Diack serait-il poursuivit? Est ce que si le bénéficiaire n’était pas son fils, serait-il poursuivi? « Je reconnais qu’il est difficile de faire abstraction mais il faut faire la distinction entre le père et le fils?

Aujourd’hui quels sont les éléments tangibles ?

 L’élection sénégalaise au Coeur du Procès Lamine Diack

 Diack était au milieu de deux éléphants qui se bagarraient et quand deux éléphants se bagarrent c’est l’herbe qui souffre.

Pour Me Simon Ndiaye, on dit que Diack a reçu une médaille des Russes, il y a une contre partie,  il a donc accepté de protéger les athlètes russes, ce qui parait différent de la réalité. « Les avocats ici, les magistrats chaque jour reçoivent des décorations. J’espère dit – il que ce n’est pas pour rendre service. François Hollande devrait le décorer mais ça ne s’est pas fait car si c’était le cas on aurait dit qu’il avait rendu service à la France pour les JO de 2024? »

Il est difficile de se départir de ce péché originel pour Me Simon Ndiaye

Papa  Lamine Diack et son fils sont sénégalais. Le rêve d’un fils c’est de nourrir ses parents. Il y a un proverbe de chez nous qui dit : « tes parents t’ont nourrit jusqu’à ce que tu ais eu tes 32 dents, tu dois les nourrir jusqu’à ce qu’ils perdent leur 32 dents. » Dans sa plaidoirie, M. Simon Ndiaye est largement revenu sur l’oeuvre de Lamine Diack. Les infrastructures sportives créées partout dans le monde y compris au Sénégal qui ont permis à des athlètes comme Amie Mbacké Thiam et d’autres de remporter des trophées mondiaux. Me Simon Ndiaye finit sa plaidoirie à 16h16. La présidente du tribunal demande alors une suspension d’audience.

Il est 16h 50 l’audience est reprise, au tour de Me William Bourdon deuxième avocat de Lamine Diack d’entrer dans la danse.

Affaire à suivre….

Ibra Khady Ndiaye, envoyé spécial au Tribunal de Paris

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here