Macky Sall :   Un Président ne devrait pas faire ça. Par Ibrahima Thiam, Président du mouvement UN AUTRE AVENIR

0
1887
Spread the love

En décidant il y a quelques semaines de renoncer à un troisième mandat et de ne pas se représenter en février prochain, Macky Sall a fait preuve d’intelligence politique et soigné sa sortie, partant du principe qu’il ne faut pas injurier l’avenir. Qui sait en effet si dans les années qui viennent il ne briguera pas à nouveau le suffrage des électeurs. Dans le doute, mieux vaut donc les brosser dans le sens du poil.

Pourquoi faut-il donc qu’aujourd’hui il entache cette révérence élégante, saluée par tous, en accordant l’absolution à Karim Wade et Khalifa Sall deux voleurs de grand chemin qui ont détroussé les finances publiques. Faut-il rappeler que ce dernier, alors maire de Dakar, a été condamné à 5 ans de prison ferme pour avoir détourné la caisse d’avance de la mairie de la capitale sénégalaise,1,8 milliard de francs CFA ?

Quant à Karim Wade, le fils de l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, est-il nécessaire de rappeler qu’il a été condamné en 2013 pour enrichissement illicite et qu’il vivait en exil au Qatar ?

Or voilà qu’aujourd’hui, ceux qui auraient pu figurer dans le film « Ali Baba et les 40 voleurs » viennent de se voir délivrer un certificat de virginité par les députés sénégalais qui ont voté une réforme du code électoral qui va permettre à ces deux délinquants en col blanc de se présenter aux élections présidentielles de février 2024. On voudrait blanchir de l’argent sale qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Quel exemple affligeant donné au peuple !

Et quelle crédibilité pourrait avoir demain l’un de ces deux individus s’il était élu président de la République. Crédibilité aux yeux des sénégalais les premiers et de la communauté internationale, en second ? Quelle confiance pourrait-on avoir en lui ? Quelle assurance aurait-on qu’il ne piochera pas dans les caisses de l’État, on connait le dicton « voleur un jour, voleur toujours ».

La porte est désormais ouverte à une grâce présidentielle de ces deux ex-dirigeants qui font honte à la politique. Macky Sall l’aurait-il accordée s’il avait brigué un troisième mandat, sans doute pas, mais aujourd’hui qu’il y a renoncé il refile la patate chaude à ses successeurs. Pas très glorieux !

Ainsi d’un côté, on sort de l’arène politique Ousmane Sonko pour de sordides questions de mœurs et on fait rentrer deux anciens gladiateurs déchus qui ont eu le tort d’aimer un peut trop l’argent des autres. Allez y comprendre quelque chose !

Dans une telle basse-cour, une poule elle-même n’y retrouverait pas ses poussins.

 

Ibrahima Thiam, Président du mouvement UN AUTRE AVENIR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici